Pathologie apicole : avis aux apiculteurs amateurs !

Certains d’entre nous ont décidé de se lancer dans cette belle activité qu’est l’apiculture. Avoir quelques ruches au fond de son jardin  ou dans un terrain à la campagne, s’occuper de ses petites protégées, récolter le miel qu’elles nous offrent : quelles joies ! Mais aussi parfois (souvent ?) quelles déceptions ! Pourquoi certaines colonies meurent-elles brutalement ou doucement ? Pourquoi certaines donnent abondamment du miel et d’autres pas ?

Le contrôle des maladies apicoles

Outre l’obligation de se former auprès d’un apiculteur aguerri ou auprès d’un organisme apicole, l’apiculteur amateur se doit de se tenir au courant des risques qui pèsent sur la santé de ses abeilles. La varroose, maladie parasitaire en est un majeur. L’apiculteur ne peut pas se contenter « de faire le gros dos » en espérant ne pas être victime de cette peste. Il faut qu’il soit « proactif » techniques d’élevage et traitements divers sont à la disposition des apiculteurs et, à lire les (trop ?) nombreux articles et avis échangés sur les forums d’Internet, il faut avouer que l’on s’y perd un peu.

Titulaire d’un diplôme d’état d’apiculture et de pathologie apicole délivré par l’Ecole Vétérinaire de Nantes, le Dr Didier Maréchal peut vous aider à choisir la voie qui vous convient le mieux dans la lutte contre la varroose et  autres maladies des abeilles. Il a développé des consultations « à la carte », annuelles, qui lui permettront de vous donner des conseils tout au long de l’année, une fois la visite annuelle effectuée.

Pour l’heure, les récoltes de miel sont terminées : il est temps de penser à traiter les colonies pour permettre aux abeilles qui vont passer l’hiver de naître dans les meilleures conditions possibles !

N’hésitez-pas, demandez-nous conseil !